60 postes sont ouverts aux concours professeur de sport (PS) 2022 ! Ils complètent les 15 postes au concours conseiller technique et pédagogique supérieur (CTPS) de cette année.
 
Les menaces de gel des recrutements de PTP sport continuent de s'éloigner. Le rapprochement avec l'Éducation Nationale aura été nettement salutaire sur ce point. Après 40 recrutements par concours en 2021, auxquels il faut ajouter 11 détachements entrants, les 60 postes ouverts cette année sont un signal positif. C'est la reconnaissance de la nécessité de maintenir l'existence de nos corps (PS et CTPS) et la consécration d'un ministère d'intervention. Les alertes du SNAPS sur la nécessité d'ouvrir un concours conséquent ont été partiellement entendues et c'est une bonne chose. Nous n'avions pas connu un tel volume de recrutements depuis le début des années 2000. Même si notre gestion par l'Éducation Nationale possède de nombreux axes d'amélioration sur d'autres points, ne boudons pas notre plaisir !
 
Les épreuves écrites des concours de professeurs de sport débutent aujourd'hui 24/02. Sont ouverts : 
  • 36 postes de CAS externe,
  • 8 postes de CAS interne,
  • 11 postes de CTS externe : badminton, boxe anglaise, escalade, handisport, karaté, sport adapté, sports de glace, taekwondo, tir, tir à l'arc, triathlon,
  • 5 postes au concours réservé aux SHN (en général affectés comme CTS).
Liens vers les arrêtés :
 
Ce volume traduit la reconnaissance des besoins chez les CAS. Les suppressions et les transformations de postes ont tellement déstabilisé les services qu'il était plus que temps de faire quelque chose. Toutefois, il restera de nombreux contractuels et les effectifs budgétaires disponibles ne seront pas suffisants pour remplir toutes les missions correctement.
 
Pour la deuxième année consécutive, on notera l'absence de recrutement par la 3ème voie ou pour les bénéficiaires de l'obligation d'emploi (travailleurs en situation de handicap). C'est fort regrettable de la part d'un gouvernement qui dit vouloir œuvrer contre l'emploi précaire et pour l'insertion professionnelles des personnes en situation de handicap.
 
On relèvera aussi la faiblesse du recrutement des CTS. L'an passé, le budget des CTS connaissait encore une forte baisse. Mais ce n'est plus le cas sur 2022 et il y a fort à parier que 16 sortants de concours ne seront pas suffisants. On peut donc s'attendre à ce que le nombres de postes de CTS publiés au mouvement de printemps soit important ou bien à ce qu'ils soient nombreux sur la place de l'emploi public à partir de juillet. Les possibilités de mutations devraient logiquement s'étoffer cette année.
 
Loin des trajectoires d'emplois négatives subies aux ministères sociaux pendant 10 ans, le secrétariat général du MENJS confirme la stabilisation des effectifs. On le voyait dans les lois de finances depuis 2020, cela se confirme dans les recrutements de titulaires. Avec les détachements entrants, nous pouvons tabler sur 70-75 entrants dans le corps des PS cette année. Pourtant, c'est à peine suffisant pour couvrir les départs en retraite (environ 80). Le déficit structurel lié au sous-calibrage du concours de l'an passé (environ 25) ne sera malheureusement pas résorbé.
 
Tous ces recrutements permettent à peine de maintenir les effectifs globaux et n'efface pas le besoin d'un véritable plan de repeuplement des services et de titularisation des contractuels. Le SNAPS milite quotidiennement pour redonner aux services et établissements JS les ETP de titulaires nécessaires à l'accomplissement de leurs missions.
 
 

 

Partagez cette information

Les cafés SNAPS de l'hiver sont programmés les 31 janvier, 1er, 2, 3 février. Ils seront animés par des élus du Bureau National.

REJOIGNEZ-nous par inscription à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. en indiquant vos nom, prénom, service, email, téléphone (mentions indispensables) avant mardi 25 janvier minuit.

2 cafés sont dédiés aux établissements. Il s'agira dans tous les cafés de traiter des sujets d'actualités.

A très vite dans la bonne humeur et l'envie d'avancer collectivement.

https://www.facebook.com/SNAPSUNSAEDUCATION

 

 

Partagez cette information

En cette période de fin d’année budgétaire et donc de régularisation des indemnités, le SNAPS vous invite à vérifier que vous avez bien perçu tout ce qui vous est dû dans le cadre du complément indemnitaire.

Le protocole d’accord est très clair (celui pour les services déconcentrés) : maintien au moins du niveau du CI perçu en 2020 pour chaque agent en 2021.

Attention à bien comparer le total perçu sur l’intégralité de chaque année.

Le protocole signé le 04/03/2020 (pour les services) prévoyait le maintien de ce CI sur 2020 puisqu’à l’origine nous devions être transférés au 01/06/2020.

Mais COVID oblige, le transfert ayant été reporté au 01/01/2021, ce protocole s’applique donc pour l’année 2021.

Le CI a été imaginé par la DRH des ministères sociaux. Il permet d’utiliser une partie de nos indemnités de sujétion (en fait le reliquat d’enveloppe en fin d’année) en le répartissant selon la manière de servir, ce que nous contestons car nos indemnités de sujétions ne sont aucunement liées à la manière de servir. Voir le D2004-1054.

La reconduction à l’identique du CI perçu cette année est une position transitoire. Cela sera revu pour 2022. Nous aurons des groupes de travail avec la DGRH sur ce sujet.

Attention, s’il dispose des marges de manœuvre financières nécessaires, le chef de service peut attribuer plus que l’an passé. Cela peut expliquer les écarts. La règle étant que chacun perçoive au minimum autant qu’en 2020.

Nous attirons également votre attention sur le fait qu’il faut bien comparer le total perçu sur l’intégralité de chaque année, c’est à dire en additionnant toutes les indemnités de sujétions figurant sur vos fiches de paie des 12 mois de chacune des 2 années.

Pour toutes questions individuelles nécessitant une expertise et une étude de cas, merci de nous contacter par email à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ,et à passer par la page syndicalisation de notre site web au préalable pour rejoindre le SNAPS si vous n’êtes pas déjà adhérent(e) !

Partagez cette information

Peut-on maintenir plus que 60 jours sur son CET, notamment en conséquence de l’élévation temporaire à 70 jours en 2020 due à la crise sanitaire ?

Rappel de l’article 2 de l'arrêté du 11 mai 2020 relatif à la mise en œuvre de dispositions temporaires en matière de compte épargne-temps dans la fonction publique de l'État et dans la magistrature afin de faire face aux conséquences de l'épidémie de covid-19 : "Au titre de l'année 2020, le plafond global de jours pouvant être maintenus sur un compte épargne-temps mentionné à l'article 6-3 du décret du 29 avril 2002 susvisé est fixé à soixante-dix jours.

Les années suivantes, les jours ainsi épargnés excédant le plafond global de jours prévu par l'arrêté du 28 août 2009 peuvent être maintenus sur le compte épargne-temps ou être consommés selon les modalités définies à l'article 6 du décret du 29 avril 2002."

Certains services de gestion en ressources humaines peuvent méconnaître cette règle. N’hésitez pas à leur rappeler les textes pour faire valoir vos droits.

Rappelons également que :

  • les agents ont obligation de prendre 20 jours de congés pour un exercice professionnel à temps plein pour ouvrir la possibilité d'alimenter leur CET (au prorata pour une année incomplète) ;
  • les stagiaires ne peuvent pas ouvrir, alimenter un CET, exercer le droit d'option ou consommer des jours placés sur un CET ouvert antérieurement au début de leur année de stage ;
  • les agents titulaires peuvent faire valoir 3 options si le solde de leur CET est entre 16 jours et le plafond autorisé : indemnisation, maintien sous forme de congés, prise en compte au titre du régime de retraite additionnelle de la fonction publique (RAFP) ;
  • si l'agent titulaire n'opte pas, il est réputé avoir choisi une prise en compte au titre du RAFP.

Pour toute question individuelle nécessitant une expertise et une étude de cas, vous pouvez Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. après être passé par la page "se syndiquer" pour rejoindre le SNAPS si vous n’êtes pas déjà adhérent(e) !

Partagez cette information

Pourquoi adhérer au SNAPS ?

Engagement citoyen - formation - newsletter - accompagnement personnalisé - information sur les postes susceptibles d'être vacant

Newsletter

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire